rencontre à l'ARS Idf - Handicap Association parents en colere 77

Aller au contenu

Menu principal :

AU FIL DE L'ACTU

PARENTS EN COLERE 77 à rencontré le 23 septembre 2013 Monsieur BOURQUIN , directeur Médico social au siège de l'ARS Ile de France

L’association « Parents en colère 77 » a été reçue par :
Monsieur Bourquin Directeur du secteur Médico-Social d’Ile de France
Monsieur Drouart Nicolas ARS 77
Monsieur Sovrano adjoint de M Bourquin
Une personne ayant une connaissance des inspetion dans les établissements.
Parents en Colère : Adhérents présents :
Eric Ledeuc, Isabelle Gigandon, Sinanthini, Yahia Taguemout, Agnès Regardin, Nathalie.
Nous avons évoqué l’ensemble de nos maltraitances de façon très ferme à savoir :
1) les difficultés rencontrées à la MDPH
lenteur et lourdeur administrative
besoins sous évalués et outil d’évaluation GEVA non utilisé
décisions inapplicables
manque d’accompagnement des familles

2) le parcours du combattant pour trouver une place à l’école ou en établissement :

Les Etablissements et les écoles sont saturés !il n’y a plus de places en Seine et Marne  et pas d’appels à projet de création de places avant 2016 !

Les projets de vie ne sont pas entendus par les CDAPH. Les familles doivent se battre en permanence pour obtenir des solutions adaptées ( AVS, matériel ,soins …) .
Malgré les notifications d’orientation, les établissements sont décisionnaires de l’intégration des personnes handicapées.
Les listes d’attente en établissement ne sont pas contrôlées.
Beaucoup d’enfants et adultes sont au domicile sans réelle prise en charge.
Etablissement de Fay les Nemours ???
         
3) Les prises en charge en établissement ne répondent pas aux attentes des familles :
Il y a un manque de transparence des établissements, un manque de contrôle tant au niveau des budgets de fonctionnement que de la prise en charge adaptée.
Les familles sont souvent mises à l’écart du projet de vie de leur proche.
Les prises en charge thérapeutiques (kinésithérapie, orthophonie, ergothérapie…) sont insuffisantes.


La prise en charge comportementale et éducative reconnue par la Haute Autorité de Santé pour les enfants autistes est inexistante dans la plupart des établissements.
Il n’y a pas de  lisibilité du coût de la prise en charge (pas de relevé CPAM) en établissement.

Réponses de l’ARS :

MDPH :
L’ARS ne peut intervenir sur les dysfonctionnements de la MDPH qui est une institution souveraine ; cependant tous les problèmes pointés ont été notés.

Places en Etablissement :
L’ARS répertorie actuellement le nombre de places vacantes dans les établissement. Tous les établissements ne sont pas complets.
L’ARS s’engage dès 2014 à financer les frais de fonctionnement des établissements à conditions qu’ils soient complets.
L’ARS s’explique sur le fait qu’il n’y ait pas d’appels à projets en Seine et Marne pour la création de places alors que dans d’autres départements d’Ile de France des places vont être créées.  Aujourd’hui plus de 50% des personnes handicapées en établissement viennent d’autres départements de la région ; la création de places dans les autres départements devra libérer des places aux Seine et Marnais.

Prise en charge en établissement :
L’ARS explique que 90% des établissements sont privés et qu’il est difficile de faire évoluer les modalités de prise en charge d’autant plus que les prises en charges doivent répondre à une expression fine des besoins.
L’ARS s’emploie à dresser un état des lieux précis entre l’offre médico-sociale et les besoins des personnes handicapées afin de revoir les modes de prises en charge et les types d’agrément des établissements.
L’ARS renforce les contrôles des établissements mais n’est pas en mesure de vérifier toutes les prises en charge individuelles mises en place par les établissements.


L’ARS est  soumise  à des enveloppes budgétaires qui ne suivent pas l’évolution des besoins et se trouve dans l’obligation de trouver des stratégies de réorganisation médico-sociale pour pallier aux carences de prise en charge.
Etablissement de Fay les Nemours ils sont au courant et n’ont rien de plus à nous apporter !
Conclusion :
Suite à nos différents rendez-vous au Conseil Général à la  MDPH à l’ ARS, on s’aperçoit que tous ces organismes ne raisonnent pas dans une démarche globale de prise en charge de la personne mais défendent les intérêts de leur propre budget.
Nos revendications ne sont pas contestées donc probablement justes ! On s’aperçoit que tous ces organismes sont pieds et mains liées avec des budgets qui ne suivent pas l’attente des familles et qui ne répondent pas aux lois.
L’ARS nous encourage à mener toutes les actions nécessaires pour que notre démarche de citoyenneté soit entendue au plus haut ! CE QUE NOUS FERONS !
Sortons l’ARTILLERIE LOURDE ET CHOQUANTE POUR SENSIBILISER L’ENSEMBLE DE LA POPULATION !


 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu