PEC77 participe au Plan Autisme 3 - Handicap Association parents en colere 77

Aller au contenu

Menu principal :

AU FIL DE L'ACTU

II PARTICIPATION A LA MISE EN PLACE DU PLAN AUTISME 3 :
Nous avons participé aux 5 réunions de travail
. Nous en sommes à la première phase :
Etat des lieux :

a) Diagnostic

  • Difficile de recenser les besoins car aucune coordination entre la MDPH , l’ARS, le CG, les établissements, l’éducation Nationale ! Aucun chiffre !

  • Aucun contrôle des listes d’attente en établissement, aucun contrôle des prises en charge, aucun contrôle du taux d’occupation.


Prise en charge de l’enfance :

Difficile aussi de recenser les enfants atteints d’autisme par manque de diagnostic ! Seulement 50 %  sont diagnostiqués. Plus d’un an d’attente pour obtenir un rendez-vous dans un service pour établir un diagnostic ce qui retarde les prises en charge adaptées.
Manque de places en IME (Institut médico éducatif 6-20 ans) mais aucune donnée
Manque de places en hôpital de jour
Manque de connaissance des enfants en attente d’orientation
Difficulté à mettre en place les accompagnements à temps partagés entre établissement et école
Attente des évaluations externes des établissements pour lister les modes de fonctionnement.
Difficulté à mettre en place les méthodes comportementales dans les établissements. Les familles sont donc obligées de recourir à des prises en charge en libéral qui souvent sont financée par l’AEEH et la PCH ! Un coût pour la collectivité ! Doublon pour les contribuables !
Prise en charge de l’adolescence :

Engorgement des places et c’est souvent à ce moment qu’il y a émergence des comportements qui posent problème au domicile.
Propositions :
Accompagner l’apprentissage des habiletés sociales par le bais d’accueil temporaire séquentiel en internat pour préparer l’autonomie adulte.
Adapter l’accueil aux urgences pour réaliser des bilans somatiques
Ouvrir des lieux de répit et développer les services d’aide à domicile.
Prise en charge des adultes :

50% seulement diagnostiqués, 120 Seine et Marnais en Belgique.
             
Personne vieillissante :

On sait qu’elles existent mais aucune étude approfondie à ce sujet. Ces personnes ne bénéficient pas de l’APA (Allocation perte d’autonomie des personnes âgées dites lambda) ce qui pose problème pour le financement des places en maison de retraite !

 
Retourner au contenu | Retourner au menu